21054428_20131031170113166

Synopsis: Ila, une jeune femme délaissée par son mari, se met en quatre pour tenter de le reconquérir en lui préparant un savoureux déjeuner. Elle confie ensuite sa lunchbox au gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay. Le soir, Ila attend de son mari des compliments qui ne viennent pas. En réalité, la Lunchbox a été remise accidentellement à Saajan, un homme solitaire, proche de la retraite. Comprenant qu'une erreur de livraison s'est produite, Ila glisse alors dans la lunchbox un petit mot, dans l'espoir de percer le mystère.

C'est dans une Inde en perpétuel mouvement, où rayonne un séduisant chaos, que la vie monotone d'Ila (Nimrat Kaur,Airlift), femme au foyer, va croiser celle de Saajan (Irrfan Khan,Jurassic WorldJazbaa), grand loup solitaire. The lunchbox vient tracer l'histoire d'une rencontre insolite et précieuse au cœur d'un dense réseau de trains bondés, de bureaux tout aussi peuplés et de relations humaines fugaces. À Bombay, les dabbawallahs sont des livreurs de lunchbox, apportant les repas préparés par des épouses chez elles, aux bureaux de leur mari. Une forme de grand marché de l’homemade. Ritesh Batra (Café regular-Cairo ), a eu raison d'y voir là une source géniale d'histoire : un va-et-vient entre un monde et un autre, le possible échange entre deux inconnus, et surtout, surtout, l'intermédiaire de la boîte qui offre et reçoit à la fois. Seulement une lunchbox sur un million serait délivrée au mauvais endroit, selon Ritesh Batra. « The Lunchbox est l'histoire de cette boîte. »

21054431_2013103117014289

Il aimerait mettre un peu d'épices – au sens propre comme au sens figuré – dans son couple.  Alors elle cuisine. C'est avec une finesse rare que le cinéaste s'applique à peindre les relations humaines dans les actes quotidiens, ces gestes simples qui en disent beaucoup. Dans The Lunch Box, chaque détail prend une valeur considérable : les temps de repas deviennent le miroir des relations qu'entretiennent les personnages avec les autres. Saajan refuse d'abord toute compagnie puis va devoir apprivoiser – ou plutôt se faire apprivoiser – par son jeune remplaçant, un peu naïf.

21054429_20131031170142327

Quant à Ila, c'est à travers les repas qu'elle prépare pour cet inconnu qu'elle va exprimer sa personnalité, autant qu'à travers les histoires qu'elle a besoin de lui raconter. La boîte du repas se transforme en réceptacle des désirs des personnages, lieu de confidence des non-dits. Ouvrir l'objet et découvrir où  le prochain mot se trouve parmi les différents contenants emboîtés devient un jeu. Un jeu dans lequel le spectateur se laisse porter avec plaisir.The Lunchbox est aussi une boîte à images, une boîte à métaphores. Comme ce ventilateur que le mari de la voisine d'Ila, dans le coma, fixe dès le réveil jusqu'au sommeil. L'objet trivial se transforme alors en grande force poétique : en perpétuel mouvement, il est ce qui raccroche l'homme à la vie ; il s'arrête et c'est le cœur de ce dernier qui cesse de battre.

21001216_20130424171229357

Ritesh Batra est un cinéaste au sens le plus pur du terme : c'est un conteur et un conteur en images. Aucune n’est superflue, aucune n’est dénuée d'un sens profond. Il nous suffit de voir Ila renifler craintivement la chemise de son mari pour que l'on comprenne qu'il la trompe. The Lunchbox ne choisit que ce dont on a vraiment besoin, la quantité idéale d'épices pour faire un plat relevé et fin, un film riche et beau.

The Lunchbox - Bande-annonce - ARTE en VOD

LAETITIA G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

$http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.content&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.comment&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.category&bid=1345206$>

Paperblog