372128

Synopsis: Inspiré d'une désastreuse tentative d'ascension de la plus haute montagne du monde, Everest suit deux expéditions distinctes confrontées aux plus violentes tempêtes de neige que l'homme ait connues. Luttant contre l'extrême sévérité des éléments, le courage des grimpeurs est mis à l'épreuve par des obstacles toujours plus difficiles à surmonter alors que leur rêve de toute une vie se transforme en un combat acharné pour leur salut.

Avec Everest, nous savons tout de suite où nous mettons les pieds. Ce titre explicite annonce un long-métrage d'escalade vertigineuse. Nul n’ignore la beauté de cette montagne située dans la chaîne de l'Himalaya entre le Népal et la Chine. Mais si l'évocation de son nom fait rêver, il n'en est pas moins synonyme de dangerosité. Des risques évoqués dès le début du film. À tel point que durant les 20 premières minutes on se sent plus dans un excellent documentaire de Yann Arthus Bertrand que dans un blockbuster à proprement dit. Ce qui est certain,c’est que le réalisateur était animé par le souci de réalisme. Et pour cause, l’histoire qu'il nous raconte est tirée d'une histoire vraie. Alors concrètement, ceux qui se sont déplacés pour voir de l’action mélangeant alpinisme, vertige et thriller comme dans Cliffhanger ou encore Vertical Limit, seront déçus. Non, Everest se rapproche plutôt d’un survival movie façon Gravity.

237702

Un biopic donc, historiquement important, puisqu’il nous montre avec finesse comment l’ascension de l’Everest est devenue un commerce comme un autre. L’être humain semble obstiné à ne pas vouloir comprendre que la nature est plus forte que lui. C'est donc en toute décontraction et pour quelques billets, que des guides de montagne proposent d'emmener leurs clients vers des sommets inaccessibles. Voilà l'aventure qui est arrivé au printemps 1997 à Jon Krakauer journaliste qui participait à une expédition. Ce dernier avait été envoyé par le magazine Outside, à son retour il se mit à écrire un bouquin relatant l’expérience qu’il venait de vivre, un livre destiné à devenir un best-seller et intitulé Into Thin Air: A Personal Account of the Mt. Everest Disaster. C’est de ce bouquin que le film Everest s’est inspiré. Une retranscription fidèle accompagnée d’effets spéciaux parfaitement maîtrisés par le réalisateur, Baltasar Kormákur.

"Ascencion vers l'échafaud "

380118

Une autre chose de particulièrement significative en ce qui concerne Everest, c’est son casting. Une pléiade d’acteurs faisant actuellement les beaux jours d’Hollywood se sont réunis sur l’affiche, on pense notamment à l’Australien Jason Clarke qui vient juste d’interpréter le rôle iconique de John Connor dans le dernier Terminator, ou aussi Robin Wright (House of Cards), Keira Knightley (Pirates des Caraïbes), Josh Brolin (Les Goonies).

442744

Ou encore plus étonnant, ce second rôle accepté par Jake Gyllenhaal dont le talent n'est plus à prouver, surtout depuis sa prestation magnifique dans Prisoners et Night Call. Et malgré tous ces acteurs reconnus et ses points forts, le long-métrage ne décolle jamais vraiment. Même qu’il s’en dégage une atmosphère pathétique. L’histoire s’y prête bien, c’est vrai. Mais à vouloir mettre trop de bons sentiments en avant, on finit par agacer le spectateur. Alors bien sûr, on ne peut être qu’admiratif devant ces actes de courage qui s’enchaînent, mais on ressort de la salle de projection avec l’idée qu’il y avait là tout le potentiel pour faire un bon film, mais que le scénario n’avait comme unique prétention que de chercher à nous arracher une larmichette.

Everest / Bande-Annonce Internationale VF [Au cinéma le 23 septembre]

GIANNUS LE CACTUS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

$http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.content&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.comment&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.category&bid=1345206$>

Paperblog