376925

Synopsis: Champion du monde de boxe, Billy Hope mène une existence fastueuse avec sa superbe femme et sa fille qu’il aime plus que tout. Lorsque sa femme est tuée, son monde s’écroule, jusqu’à perdre sa maison et sa fortune. Pire, la garde de sa fille lui est retirée, la justice estimant son comportement incompatible avec son rôle de père. Au plus bas, il trouve une aide précieuse en la personne de Tick Willis, un ancien boxeur avec lequel il reprend l’entrainement. Billy va devoir se battre pour trouver la voie de la rédemption et regagner ainsi la garde de sa fille.

C’est dans le décor « viril » de la boxe que l’histoire  de Billy Hope (Jake Gyllenhaal) va se dénouer. Boxeur  peu conventionnel  baissant sa garde lors de combats épiques, encaissant ainsi un maximum de coups avant de porter l’estocade à son adversaire, tel un matador.  C’est d’un autre combat dont il sera question, magistralement déployé par Antoine Fuqua, celui du commencement de la vraie vie, celle qui a cure de l’artifice, du matérialisme  et de toute  richesse superficielle dans laquelle se complaît Billy Hope. L’amour et le bonheur sont pourtant présents, un réconfort puisé auprès d’une femme aimante et de sa fille.  L’analyse psychologique du personnage sera de nature existentielle. La fatalité viendra bousculer  et détruire cette enceinte confortable où tout sera à reconstruire.

118896

Billy Hope va devoir reconstituer un nouveau puzzle, celui de sa destinée. Tel le Phoenix, il devra renaitre de ses cendres pour récupérer sa fille. Il trouvera en Titus (Forrest Whittaker) un appui lui enseignant la sagesse. Parallèle profond, la boxe devient   une allégorie de la bataille que devra mener Billy. Et c’est en cela que le film est d’une justesse plus que parfaite.  Ramener la lutte de la vie à celle d’un ring était un pari difficile à tenir. Le challenge est atteint même avec un scénario qui semble convenu de prime abord. Traitée de façon psychologique, les différentes scènes de boxes sont d’une esthétique époustouflante.  Il est évident que nous ne pourrons pas échapper aux comparaisons avec Rocky I, mais la ressemblance reste superficielle. Chaque combat décrit, stigmates du passé, est un palier que va gravir le corps meurtri (métaphore du chemin de croix), Billy vers la purification.

" UNE SYMBIOSE DOULEUR-AMOUR"

119528

Parfaitement exécuté par un  Jake Gyllenhaal  complètement métamorphosé physiquement, la rage au ventre nous rappelle que tout n’est pas facile mais que tout est possible à force d’amour et de courage, que notre destin est en partie fait de choix difficiles à prendre, même si tout n’est pas guérissable, les plaies peuvent être « pansées ».  Entre l’autodestruction, la recherche de soi-même, la transposition du rôle « père-fille », le jeu de rôle de Jake Gyllenhaal d’une réalité effroyable, la musique omniprésente en adéquation avec les scènes, la caméra de Fuqua suivant nos héros en retrait, laissant beaucoup de liberté aux acteurs.  A noter les scènes de combat filmées objectif à l’épaule ce qui donne une puissance exceptionnelle et violente, round après round on est scotché devant l’ingéniosité du réalisateur. Jamais on ne sombre dans le larmoiement, un très grand moment de cinéma. Chapeau bas .

LA RAGE AU VENTRE Bande Annonce VF (Jake Gyllenhaal - 2015)

CHRISTIAN.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

$http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.content&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.comment&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.category&bid=1345206$>

Paperblog