18644996

Synopsis:Deux jeunes couples se lancent à la recherche du docteur Satan, une légende locale. Surpris par un terrible orage, ils se réfugient dans une mystérieuse demeure où réside une famille pour le moins étrange. Celle-ci se compose de membres adeptes du cannibalisme et de rites sataniques. Le cauchemar peut commencer...

 

 

C’est totalement par hasard que je suis tombée sur l’une des réalisations de Rob Zombie.Fan de sa musique, il était certain que je ne pouvais pas passer à côté  de l’un de ses films. Habituée à l’esthétisme hypnotisant de ses clips, c’est sans à prioris que j’en abordais le visionnage .Le scénario classique et usité raconte, dans les années 70 à la veille d’Halloween, l’histoire d’un groupe de jeunes amateurs de curiosités insolites se retrouvant perdus sous une pluie battante dans une maison dans laquelle il ne fallait surtout pas entrer. Dès les premières scènes le ton est donné avec le fameux Capitaine Spaulding (incarné par l’excellent Sid Haig), clown aussi sombre et glauque que crade et vulgaire, arborant fièrement son nœud papillon surmonté d’un crâne aux yeux rouges lumineux, s’ensuit le générique qui enfonce le clou : musique composée par le réalisateur (un bijou pour les oreilles) diffusée sur des images qui se succèdent, mélange d’horreur de sexe  et de violence. Cette dernière rappelant le superbe générique de la série True Blood.

 

Bref, le spectateur est prévenu : ça va partir dans tous les sens .Le film se déroule comme une descente latente aux enfers : tout comme les « gentils » de l’histoire, le spectateur se sent aspiré dans un tourbillon qui l’enfonce inexorablement dans l’horreur.Cette sensation est d’autant plus renforcée par l’insert de scènes complètement trashs et violentes qui entrecoupent le déroulement de l’action du film (certains plans tournés en négatif, renforce cette  sensation).Les personnages qui composent les membres de la famille FIREFLY, propriétaires de la fameuse maison, sont tout aussi déroutants que perturbants. Ainsi en est-il de la fille Baby (interprétée par Sheri Moon Zombie) aussi enfantine que cruelle, la mère ( Karen Black) tantôt niaise tantôt nymphomane, le grand-père (Dennis Fimple) complètement allumé et lubrique.

 

19072066

 

« 1000 morts impossible à compter »

 

Le changement de comportement incessant de ces personnages ajoute une note supplémentaire de malaise. La succession de scènes imprévisible nous tient en haleine jusqu’au final inattendu. L’horreur omniprésente, accompagnée d’humour noir lors de séquences éloquentes, nous ramène au monde déjanté qui accompagne ce film .Au final, on obtient un bon film d’horreur doublé d’une pseudo-comédie grinçante, glauque, dérangeante et déroutante. Le trio de psychopathes interprétés par Sid Haig, Sheri Moon Zombie (l’épouse de Rob) et Bill Moseley fonctionne très bien. 

Pour conclure, c’est une  agréable surprise très rock and roll et macabre.

 

VF La maison des 1000 morts

MISS PINK.

 

 

Focus Cinéma

Paperblog