182009

Synopsis:Hiver 1952, Moscou. Leo Demidov est un brillant agent de la police secrète soviétique, promis à un grand avenir au sein du Parti. Lorsque le corps d’un enfant est retrouvé sur une voie ferrée, il est chargé de classer l’affaire. Il s’agit d’un accident, Staline ayant décrété que le crime ne pouvait exister dans le parfait Etat communiste. Mais peu à peu, le doute s’installe dans l’esprit de Léo et il découvre que d’autres enfants ont été victimes « d’accidents » similaires. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l'exil avec sa femme, Raïssa. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans la traque de ce tueur en série invisible, qui fera d'eux des ennemis du peuple...

 

C’est pendant la grande famine artificielle imposée par le parti communiste soviétique de 1933 en Ukraine, que naîtra Léo (Tom Hardy, quand vient la nuit, Locke), futur orphelin comme des milliers d’autres à cette époque sombre du Stalinisme. Une  purge éducationnelle  et culturelle à l’initiative du PC Bolchevique est alors en marche et plus de 100 000 membres du parti communiste Ukrainien en seront exclus et punis sur des faits totalement falsifiés. Léo Demidov s’évadera de l’un de ces orphelinats et sera pris sous la tutelle de l’armée soviétique où il deviendra rapidement un des piliers de la police secrète Moscovite.  

472207

«  Au paradis, le crime n’existe pas »

 

Nous voilà donc en 1956  à Moscou en plein délire obsessionnel de l’état, face au complot, où chacun et peu importe son rang, pourrait se retrouver du jour au lendemain exilé, privé de ses biens ou bien envoyé au fin fond de la Sibérie dans un goulag. C’est dans la terreur quotidienne que la population va devoir composer, chaque mot prononcé et interprété peut avoir une conséquence fatale. L’espionnage et la délation constituent l’atmosphère délétère de cette époque noire de la Russie. Léo Demidov marié à Raïssa (Noomie Rapace, quand vient la nuit, Prométhéus, Dead man down) institutrice, dirige avec toute ses convictions pro-Stalinienne, une surveillance de la population des plus rigoureuse. Jusqu’au jour où, suite à la découverte du corps de l’enfant de son ami sur une voie ferrée, dont il est de surcroît le parrain, toutes ses certitudes vont être ébranlées quand on classe l’affaire comme simple accident. Staline ayant déclaré que dans la république soviétique le meurtre n’existe pas. Ne croyant pas du tout à l’hypothèse de l’accident, il mène  une démarche, contre tout attente à l’encontre du parti lorsqu’il découvre d’autres corps d’enfants morts de façon similaire.  Léo devient gênant. Il va être éprouvé à son tour lorsque sa femme sera arrêtée et interrogée pour traîtrise envers la nation. Prenant partie tenante au côté de son épouse car son amour pour elle dépasse la vérité, il sera à son tour la cible et la bête noire de la police. Commencera alors pour la famille Démidov une descente aux enfers. Condamnés à l’exil dans un bourg retiré de la Russie, ils seront destitués de leurs fonctions et de tous leurs actifs. C’est dans la pauvreté qu’ils devront entamer leur nouvelle vie. Sur place sous les ordres de Gary Oldman il poursuivra son investigation sur ces assassinats.

485399

Le film de Daniel Espinoza (Sécurité rapprochée) nous propose un bon cocktail en mélangeant thriller, régime Stalinien et histoire d’amour vécue à l’envers. C’est un mélange savamment conçu qui nous fait découvrir à la fois le climat rude de l’Union Soviétique d’antan (qui n’a malheureusement pas trop évolué depuis) et une enquête policière bien ficelée. Mention spéciale à Tom Hardy tout à fait crédible et convainquant dans son rôle. Les décors sont très réalistes de cette période de régime totalitaire et la vision de la MGB (police secrète soviétique) est aussi très fonctionnelle. Tiré du premier roman de la trilogie à succès  homonyme de Tom Rob Smith, ce long métrage nous conte l’itinéraire d’un enfant raté.

Enfant 44 - Bande annonce VF - HD

CHRISTIAN.